Médicaments et parabènes


Une liste de médicaments contenant des parabènes a été publiée. Elle ne présente AUCUN intérêt puisqu'elle ne précise pas le type de parabène, sa concentration, sa durée d'exposition et sa voie d'administration.

Les parabènes (paraoxybenzoates) sont des esters d'acide p-hydroxybenzoïque.
Ils sont utilisés comme conservateurs dans l'alimentation, dans les cosmétiques et les médicaments (349 spécialités, source Clickadoc de mai 2011). Historiquement, ils ont remplacé avantageusement le formaldéhyde (formol, additif E 240), cancérogène certain, encore employé dans certains produits comme les vernis à ongles.

Les parabènes sont d'origine synthétique mais ils existent à l'état naturel dans certains aliments (fruits, légumes) et compléments alimentaires (propolis, gelée royale, Ylang-Ylang).

6 esters sont utilisés : le methylparabène (E218,219), l'ethylparabène (E214,215), le propylparabène (E216,217), l'isopropylparabène, le butylparabène et l'isobutylparabène. Leur structure cyclique étant commune, les propriétés diffèrent par la longueur et la conformation de la chaîne alkyle. Les méthyl et ethylparabènes, à chaîne alkyle courte, sont les moins antimicrobiens, mais les plus intéressants car solubles dans l'eau (milieu le plus sensible au risque de contaminations). Tous sont stables à la cuisson et présentent des points d'ébullition supérieurs à 270°C. Le phénoxyéthanol (allergisant certain) est souvent utilisé comme solvant de ces parabènes.



On trouve le methylparabène et l'éthylparabène dans de nombreux produits alimentaires jusqu'à 0,1% dans les boissons sucrées, crèmes, pâtes, conserves, olives. La dose journalière acceptable est de 0 à 10 mg/kg/jour. Les 6 parabènes sont à l'heure actuelle autorisés en cosmétique jusqu'à une concentration totale de 0,8%, la concentration maximale de chaque ester étant fixée à 0,4%.

Les parabènes ingérés sont tous absorbés, rapidement métabolisés et excrétés par voie urinaire, sans effet d'accumulation dans l'organisme. Appliqués sur la peau, ils passent facilement la barrière transcutanée, notamment ceux à grande chaîne alkyle, les plus lipophiles. Leur métabolisme est plus sujet à controverse.

Les parabènes sont peu irritants, même sur les muqueuses.
Le lien de causalité entre leur utilisation et le cancer du sein n'est pas établi (Darbre et al., 2004) mais du fait de leur structure, les parabènes ont une activité estrogénique. Si leur fixation sur les récepteurs estrogéniques est faible, ils augmentent en revanche les taux d'estrogènes par inhibition des sulfotransférases de la peau, ce qui peut constituer un risque.

Les parabènes, notamment les plus lipophiles, sont donc des perturbateurs endocriniens lorsqu'ils sont utilisés de façon répétée. Une évaluation du risque sur la fertilité masculine du propylparabène est en cours (rapport en novembre 2011).

En attendant et par principe de précaution, les produits évitables et contenant des parabènes ne devraient plus être appliqués sur la peau des enfants.

Nous sommes à votre disposition pour tout complément d'information.