Arnica
Arnica montana L.

Les parties utilisées sont les fleurs, contenant au minimum 0,40 % de lactones sesquiterpéniques. Arnica montana est une espèce protégée dans de nombreux pays. Sa culture est très difficile, mais depuis quelques années une variété cultivée en plaine fournit le marché pharmaceutique.

Les fleurs, dispensées en pharmacie, sont inscrites à la pharmacopée européenne et disposent d'une monographie de contrôle.
Les fleurs d’arnica sont traditionnellement utilisées en application locale dans le traitement des ecchymoses, des coups de soleil, des brûlures superficielles peu étendues et des érythèmes fessiers.
En Allemagne, l'arnica est proposé en bain de bouche et gargarisme dans les affections de la bouche et du pharynx.

En application locale : infusion 15 min de 2 g de fleurs pour 1/10 de litre d'eau, ou en teinture mère.

Précaution d'emploi : les lactones sesquiterpéniques sont cytotoxiques, antitumorales et sont un stimulant cardiaque ; par voie orale, elles irritent l'appareil digestif et peuvent, à très forte dose, induire une difficulté respiratoire et un arrêt cardiaque. L'arnica ne doit pas être pris par voie orale mais seulement en application locale. Certaines personnes peuvent être allergiques aux lactones sesquiterpéniques de l'arnica.