Jacques Fleurentin
Millepertuis
Hypericum perforatum L.

Les parties utilisées sont les sommités fleuries, récoltées au début de la floraison.

Le millepertuis est dispensé en pharmacie, les sommités fleuries sont inscrites à la pharmacopée française et disposent d’une monographie de contrôle.
Les millepertuis est traditionnellement indiqué par voie orale dans le traitement des dépressions mineures. En usage externe, il est traditionnellement indiqué comme adoucissant et antiprurigineux dans le traitement des affections dermatologiques, crevasses, écorchures, gerçures, piqûres d'insectes, érythèmes solaires, brûlures superficielles et érythèmes fessiers. En gargarisme, on l'utilise comme antalgique dans les affections de la cavité buccale et du pharynx.

En infusion de 10 min : 2 à 4 g pour ¼ de litre d'eau à boire quotidiennement dans la dépression mineure.

Huile de millepertuis : macération 2 h au bain-marie de 100 g de sommités fleuries fraîches pour 100 g d'huile d'olive : en application locale dans les affections cutanées.

Le millepertuis induit des photosensibilisations, en application locale il ne doit pas être utilisé avant une exposition au soleil. Par contre par voie orale, il produit des interactions avec certains médicaments car c'est un inducteur enzymatique du cytochrome P 450 et de l'expression de la P-glycoprotéine qui modifient la disponibilité et réduisent l'efficacité de quelques médicaments : certains immunosuppresseurs (ciclosporine), antirétroviraux (indavir), anticoagulants (warfarine), bronchodilatateurs (théophylline) et contraceptifs microdosés.